Le projet 2016 – 2017
Partager

Projet pour le groupe local EELV de Nantes – 2016/2017

+ en action + inclusif + démocratique
Repensons notre groupe local !

Difficile d’introduire ce projet pour le groupe local sans évoquer le contexte inquiétant dans lequel il s’inscrit. Nous en avons toutes et tous fait le constat : mobiliser les forces vives devient compliqué. Cette crise du militantisme dépasse bien-sûr le cadre de notre groupe local et même celui de notre parti. C’est toute la France qui semble souffrir d’une défiance vis à vis de l’action politique. Paradoxalement, l’écologie progresse dans les consciences et chacun aspire à plus de démocratie. D’ailleurs, beaucoup de nos concitoyens sont déjà en action, les initiatives pour construire une société plus solidaire et durable fleurissent un peu partout… mais rares sont ceux qui voient la politique comme un levier d’action accessible.

Pour autant, nous ne devons pas céder au fatalisme ! Le projet politique d’Europe Écologie – Les Verts apporte des réponses concrètes aux défis d’aujourd’hui et de demain ; Il n’appartient qu’à nous de réinventer notre fonctionnement et nos actions pour toucher le plus grand monde. C’est le cas notamment des milieux populaires, les plus éprouvés par les crises sociales et environnementales. Dans cette période charnière, avec une année d’élections comme horizon proche, transformons notre groupe local en un terrain d’innovations. Expérimentons de nouvelles formes de participation pour être plus inclusif, renforçons notre démocratie interne pour donner une voix à chacun. Nous devons permettre à ceux et celles qui se reconnaissent dans nos idées de trouver leur place, leur façon d’agir et de défendre leur cause écologique et citoyenne. Bref, ouvrons grand les portes et démontrons ensemble que la politique, c’est l’affaire de tous, tous les jours !

 

1. Agir sur le terrain, à la rencontre des habitants

La réflexion et le débat sont des éléments indispensables pour construire ou faire vivre un projet politique, mais nous devons en parallèle confronter nos idées à des actions de terrain. L’idée est aussi bien de valoriser notre projet auprès du public que de nourrir nos propres réflexions et de confronter nos stratégies (court , moyen et long terme) avec les réels besoins des citoyens nantais. Quittons  les salles de réunion et les listes d’échanges le temps d’un après-midi pour démontrer « en vrai » la pertinence de nos idées.

  • Organiser, co-organiser ou participer à au moins un événement tous les deux mois ouvert au grand public, si possible sur l’espace public. Les idées ne manquent pas : actions de sensibilisation (handicap, déplacement, alimentation…), agoras publiques, déambulations, visites, conférences avec des intervenants extérieurs…

 

2. Développer notre mouvement dans les quartiers populaires

Les plus précaires sont les premières victimes de cette société à bout de souffle. Face à des inégalités qui se creusent toujours davantage, nous devons faire vivre un projet d’écologie populaire, pragmatique et de terrain pour convaincre que nos propositions permettent à chacune et chacun de vivre mieux.

  • Organiser nos actions en priorité dans les quartiers populaires (Malakof, Bellevue, Dervalliere, Breil, Nantes-Nord, Bottière Pin Sec ou Le Clos Torreau par exemple…).
  • Travailler à l’ouverture de notre groupe local pour casser les freins à la participation. Réfléchissons aux blocages et contraintes rencontrés par les habitants : horaires/formats des réunions, accessibilités des échanges, modes de garde pour les parents isolés, etc.

 

3. Renforcer la démocratie interne et mobiliser des forces vives

Construisons une nouvelle manière de travailler ensemble, plus horizontale, inclusive et ouverte pour permettre à tous de prendre part à la vie du groupe local, malgré les différentes contraintes du quotidien.

  • Constituer un bureau réduit au minimum (4 personnes) avec pour mission de fédérer les forces vives, d’organiser la démocratie interne et de faciliter le lien entre les militants et avec nos élus à tous les niveaux
  • Redéfinir intégralement le format des rencontres pour un système plus souple et moins « statique ». Ne réserver le format « plénière » classique que pour les moments forts de démocratie interne (validation des décisions stratégiques, préparation des élections…). Pour le fonctionnement courant : Une permanence au local tous les 15 jours pour prendre part à la vie courante du groupe local (réfléchir à la communication, discuter des prochaines actions, travailler en lien avec les élus, approfondir des thématiques, confronter nos apports, mais aussi simplement se retrouver et partager un moment convivial). Des rendez-vous thématiques d’échanges, de débats ou d’actions sur le terrain en fonction de l’actualité, des envies et de nos objectifs communs. Faire de la convivialité un pré-requis, aussi bien dans le choix du lieu, que dans le format.
  • Expérimenter le vote par correspondance via internet pour permettre à chacun de contribuer facilement, tout en conservant des alternatives pour les personnes n’ayant pas d’accès.
  • Pour l’organisation entre militants, expérimenter de nouveaux canaux d’échanges via internet comme un système de forum permettant de s’extraire des interminables listes d’échanges mails et de partager l’information de manière plus lisible. Les mails continueront toujours d’être le moyen privilégié pour informer les militants et cela n’empêche bien sûr personne d’utiliser les listes existantes.
  • Poursuivre le dialogue et les actions communes avec les autres formations politique qui partagent nos valeurs.
  • Suivre et contribuer au débat politique qui traversent le parti. Mettre en lien ces derniers avec nos problématiques locales pour trouver des réponses concrètes.

 

4. Travailler à l’échelle de la métropole

La ville se vit aujourd’hui à l’échelle de la métropole. Sans délaisser l’action ciblée dans les différents quartiers, nous devons renforcer les synergies avec les autres groupes locaux pour mutualiser nos moyens d’actions et nos forces vives.

  • Renforcer les liens avec les autres groupes locaux en organisant des événements en commun et en mutualisant nos forces pour la communication par exemple.
  • Lancer le débat sur nos mobilisations et notre organisation à l’échelle de la métropole.

 

5. Faire du groupe local un relais d’actions associatives, une maison des expérimentations et des interpellations citoyennes

Le militantisme au sein d’EELV est pour beaucoup d’entre-nous la continuité d’un engagement associatif fort. Nous devons davantage valoriser et travailler avec ce réseau. Bien-sûr, l’affichage d’un parti politique n’est pas toujours souhaité, ni souhaitable, mais cela ne doit pas nous empêcher d’être mobilisé sur les causes qui font échos à notre projet. Nous en voyons la pertinence dans la lutte contre l’aéroport à NDDL, nous pouvons reproduire ce schéma vertueux dans d’autres domaines.

  • Valoriser l’actualité des associations dans notre réseau et encourager la mobilisation des militants et des nantais.
  • Construire nos événements en lien avec d’autres acteurs locaux (participation à un débat, animation d’une visite par un partenaire, etc.)
  • Être le relais des demandes et projets de citoyens. Faciliter les liens entre les habitants et les élus (et les institutions).
  • S’engager à l’échelle du groupe local dans les processus de participation citoyenne. Si besoin, tenter d’en susciter de nouveaux (interpellations citoyennes, sondages, pétitions, etc.) pour affirmer notre ambition d’une démocratie plus directe et horizontale.

 

Voir le projet 2015 – 2016